Une nouvelle prison à Liège ? Pas sans d’abord remettre en question le désastreux modèle carcéral belge

Le « Master plan prisons » prévoit, on le sait, la reconstruction partielle de la prison de Lantin, ce qui a soulevé de vives levées de boucliers parmi les riverains — notamment agriculteurs — ainsi que dans le chef de la commune de Juprelle, directement concernée. À présent, d’autres sites sont envisagés, dont celui de Chimeuse, entre Sclessin et Tilleur, que propose le bourgmestre de Liège, Willy Demeyer — mais que conteste, apprend-t-on aujourd’hui, celui de Saint-Nicolas, en expliquant tranquillement qu’il souhaite laisser la charge (au niveau de la police ou du CPAS) que représente une prison à d’autres communes.

Si l’extension/reconstruction de la prison de Lantin sur des terres agricoles, à l’écart des voies de communication, est de toute évidence une option à éviter, il ne saurait être question, aux yeux de VEGA, de construire une nouvelle prison sans s’interroger sur les impasses graves du modèle carcéral qui a cours aujourd’hui en Belgique.

La prison, dans sa forme actuelle, est au moins autant un problème qu’une solution. La violence de ce milieu détruit les êtres humains qui y sont confinés bien plus qu’elle ne leur donne une chance de se réhabiliter. Beaucoup de petits délinquants, on le sait, entament, lors d’un passage en prison, un parcours criminel qui aurait été tout à fait évitable. Quant aux familles des détenus, leur sort est des moins enviables — notamment en raison de la faible accessibilité de la prison et des conditions exécrables de l’accueil qui, bien souvent, leur est réservé — et il n’est pas excessif de dire que les familles subissent elles aussi une condamnation lorsque l’un de leurs membres est incarcéré. Ce modèle se caractérise aussi par un recours beaucoup trop fréquent à la détention préventive — sachant que les conditions de vie dans les maisons d’arrêt (et notamment à Lantin) sont pires encore que celles qui prévalent dans les maisons de peine.

Avant de construire une nouvelle prison, il convient donc de s’interroger sur le modèle actuel, et de le comparer à d’autres, notamment le modèle scandinave, qui produit des résultats infiniment différents — en termes de taux d’incarcération, de réinsertion des détenus, de taux de récidive, etc — par comparaison avec celui que nous connaissons.

Plutôt que de construire une nouvelle méga-prison, forcément déshumanisante et criminogène, nous souhaitons, à l’instar des modèles danois ou suédois, réduire la taille des prisons. Nous souhaitons favoriser, aussi, lorsque la privation de liberté est jugée inévitable, des régimes de semi-liberté plutôt que l’incarcération brutale qui conduit aujourd’hui à enfermer des milliers d’êtres humains 23h sur 24 à trois dans 9 m2, un traitement qui n’est pas loin de relever de la torture. Nous souhaitons aussi que, sauf pour les cas les plus graves, la prison soit, beaucoup plus qu’actuellement, en prise avec la société et beaucoup plus orientée vers la réhabilitation des personnes condamnées, en permettant la réalisation de tâches d’intérêt général et en offrant de réelles possibilités de formation. Nous insistons, enfin, sur la nécessité d’accorder une attention particulière aux familles des détenus, et notamment aux enfants, qui doivent pouvoir accéder plus facilement qu’aujourd’hui à leurs proches (ce qui implique donc une localisation centrale et proche d’un axe de transport public) et dans des conditions bien meilleures.

Ces orientations, ce sont notamment celles que défend le projet « Huizen », qui propose de remplacer progressivement la prison par de petites entités, en prise avec la société. Ce projet est largement débattu en Flandre mais encore assez peu dans la partie francophone du pays. Il s’agit pourtant d’une vision extrêmement intéressante : VEGA déposera donc, dès le Conseil communal du mois d’avril, un texte visant à ce que la Ville de Liège envisage le lancement d’une expérience pilote du projet « Huizen », comme cela est aujourd’hui possible.

Par ailleurs, il est évident que les coûts collectifs générés par la présence d’une prison devraient — comme pour d’autres fonctions qui desservent un territoire large — être pris en charge à une échelle plus large que le niveau communal, à travers des mécanismes de solidarité nationaux ou, à défaut, métropolitain : il ne serait pas normal qu’il revienne, une fois de plus aux habitants de la Ville de Liège de financer seule ces services que d’autres communes ne veulent pas prendre en charge.

François Schreuer
Conseiller communal de la Ville de Liège

 

Réagir, commenter, compléter, critiquer,...

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les commentaires postés par les internautes

La Belgique a déjà été condamnée à plusieurs reprises

Posté le 30 mars 2018, par Jorge Palma

À propos des conditions de vie dans les prisons belges, il convient de rappeler que la Belgique a été condamnée à plusieurs reprises, par la Cour européenne des droits de l’Homme, pour des traitements inhumains ou dégradants. Consulter aussi le rapport 2016 de l’Observatoire International des Prisons : "Pour le droit à la dignité des personnes détenues". Par ailleurs, l’État belge a été condamné à plusieurs reprises par ses propres tribunaux.

Or, contrairement à ce que soutiennent les promoteurs des méga-prisons, plutôt que d’améliorer les conditions de vie des internés, l’augmentation de la capacité carcérale a tendance à augmenter la population carcérale (Rapport au Gouvernement de la Belgique relatif à la visite effectuée en Belgique par le Comité européen pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants (CPT) du 28 septembre au 7 octobre 2009, p. 35, cité en "Construire de nouvelles prisons vous avez dit ?", Observatoire International des Prisons - Belgique / 30 mai 2017).

Une nouvelle prison à Liège ? Pas sans d’abord remettre en question le désastreux modèle carcéral belge

Posté le 8 août 2018, par Guy Leboutte

Excellent billet ! C’est une évidence, et la sagesse même.
Mais qu’attendent donc les prétendus responsables ?
Un rapport de force, autre évidence.
...Citoyen, ton bulletin de vote n’est pas neutre.