VEGA propose la mise en place d’une « Low danger zone » à Liège

La Coopérative politique VEGA a inscrit à l’ordre du jour du Conseil communal de ce lundi 30 septembre une proposition de règlement communal (pdf) visant à instaurer une « zone de danger limité » ou « Low danger zone ». Ce texte est inspiré de la proposition formulée en décembre 2017 par le chercheur Pierre Courbe (IEW), que VEGA avait reprise dans son programme communal en 2018. L’idée avait également été proposée dans le cadre du processus « Liège 2025 ».

La création d’une Low danger zone consiste à limiter la puissance, la masse et la hauteur du capot des véhicules particuliers admis à circuler dans les quartiers de la ville, mais aussi à restreindre à certaines heures la circulation des poids lourds à l’intérieur de cette zone.

Cette proposition est en premier lieu motivée par un objectif climatique : réduire la puissance, la masse et l’encombrement des voitures est une solution pragmatique, toutes choses étant égales par ailleurs, pour réduire les émissions de gaz à effet de serre issus de la combustion des carburants. À motorisation identique, un véhicule plus léger émettra toujours moins de pollution qu’un véhicule plus lourd. À la différence des normes d’émission de pollution, qui ont fait l’objet de tricheries répétées de la part des constructeurs automobiles et demandent, pour être contrôlées, le déploiement de contrôles complexes, la masse, la puissance et la hauteur du capot des voitures sont facilement mesurables et ne font pas l’objet de contestation.

La « Low danger zone » poursuit ensuite un objectif de sécurité routière. La masse, la vitesse et la hauteur des véhicules déterminent en effet largement l’ampleur du risque en cas d’accident. Aller vers des voitures plus lentes et plus légères en milieu urbain est donc une manière très directe de sécuriser les piétons et autres usagers doux et donc de favoriser la transition modale que tout le monde appelle de ses vœux sans toujours mesurer à quel point elle est difficile pour certains publics dans une ville où la voiture est toujours aussi dominante et agressivement présente qu’elle l’est à Liège à ce jour.

Cette proposition constitue aussi une réponse à la logique des « zones de basse émission » (« Low emission zones » ou « LEZ ») qui se sont multipliées ces dernières années. La création d’une « LEZ » est d’ailleurs explicitement envisagée à Liège par le Collège communal. Les LEZ sont pourtant des dispositifs très discutables discriminants socialement, qui évincent les personnes les plus pauvres de la ville, incitent au renouvellement fréquent de la flotte automobile (au grand bénéfice des constructeurs automobiles) et libèrent la route pour les gros conducteurs qui ne sont nullement dissuadés de circuler pour autant qu’ils disposent d’un véhicule récent.

Très concrètement, nous proposons que cette zone de danger limité couvre le centre-ville et les quartiers péri-centraux : Sainte-Walburge (jusqu’aux boulevards), la partie du Thier-à-Liège située en contrebas des boulevards Hector Denis et Ernest Solvay, Saint-Léonard, Bressoux, Grivegnée jusqu’à la rue Jules Cralle, Angleur, Rénory, une partie de Sclessin, Cointe, le Laveu, le quartier Saint-Laurent. L’interdiction de circulation pour les véhicules trop lourds, trop hauts ou trop puissants seraient d’application à partir de 2023 pour les véhicules extérieurs et à partir de 2027 pour les habitants. Les horaires limités pour les poids-lourds seraient quant à eux applicables dès l’entrée en vigueur du règlement.

Ce texte est une première proposition, appelée à être affinée et à évoluer dans les semaines et les mois qui viennent. Nous espérons avoir à ce sujet une discussion constructive avec l’ensemble des groupes du Conseil communal et avec les habitants de la ville intéressés par la question.


Pour télécharger le projet de délibération inscrit à l’ordre du jour :

 

Réagir, commenter, compléter, critiquer,...

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les commentaires postés par les internautes

VEGA propose la mise en place d’une « Low danger zone » à Liège

Posté le 9 octobre 2019, par jacques

Bonjour,

1) vous présentez 3 critères, mais les véhicules interdits le seront sur base d’un seul de ces 3 critères ? Ou de tous les 3 ?

2) une dérogation serait-elle possible pour des familles nombreuses ? A partir de 3 enfants, la plupart des gens ont des « grosses » voitures donc lourdes et donc puissantes (en fonction du poids du véhicule).

3) les entreprises installées sur le territoire défini seront-elles concernées. Les camionnettes et petits camions de ces entreprises ne pourront pas se contenter de rouler aux heures définies par votre projet.

4) le poids minimal des véhicules électriques devraient être revu à la hausses selon moi. Il est inutile de décourager les gens qui voudraient acheter des voitures électriques qui sont beaucoup plus lourde à cause de leurs batteries. J’ai l’impression qu’une marque comme Tesla serait interdite avec ce projet ( poids, puissance). Ça me semble contre-productif.

merci de vos réponses.

VEGA propose la mise en place d’une « Low danger zone » à Liège

Posté le 3 décembre 2019, par houet michel

Quoi qu’il arrive il serait indispensable (comme le fait fait par VEGA me semble-t-il) de ne pas pénaliser les habitants de Liège (ni des autres villes concernées chacune à leur niveau) avant les autres.

2023 pour les extérieurs et 2027 pour les habitants semble une proposition raisonnable.

Il me semble néanmoins et merci d’y être très attentif que si je souhaite conserver ma voiture pendant 25 ans et pour autant qu’elle passe à l’autosécurité il n’y a aucune raison objective que je sois pénalisé en payant une taxe supplémentaire…même après 2027.

Il faudra voir les critères techniques précis.

Et de manière générale il serait inacceptable de pénaliser de quelque manière que ce soit les usagers qui prolongent la vie de leur véhicule à la condition de respecter certaines règles.

Parallèlement à cela il serait bon que les autorisés fassent respecter l’obligation du contrôle technique.

Il ya des milliers de véhicules polluant sur la route qui ne sont pas en ordre.

On les supprimerait déjà et ce serait peut-être un premier pas ?