« Verts & à gauche », pour faire bouger les lignes de la politique communale.

Alain Vito

Sainte-Marguerite, 27e sur la liste

48 ans, Marié, deux (grandes) filles, Militaire de carrière, technicien, habitant du quartier Sainte-Marguerite.

Né à Liège, j’ai grandi chez mes parents dans le quartier des Guillemins. J’ai habité successivement en Outremeuse, à Montegnée, pour finir par acheter une maison début des années 90 dans le quartier Sainte-Marguerite « Haut ».

Mon quartier est effectivement coupé en deux par une autoroute urbaine, et souffre particulièrement de cette situation. Pourtant, Sainte-Marguerite est un grand quartier, très habité, aux multiples possibilités. Il a été trop longtemps négligé, et je me suis petit à petit interrogé sur ma ville et son évolution. Assez naturellement, je suis devenu administrateur de l’asbl urbAgora. Je participe régulièrement aux réunions du comité de quartier. Je tente de participer au mieux aux événements et à la vie de ce grand morceau de ville mal cicatrisé, qui ne demande qu’à renaître et petit à petit acquérir un autre visage.

La vie dans ce quartier m’a également ouvert les yeux sur les difficultés liées au logement, qualitativement et quantitativement. La pauvreté, la vieillesse, et la solitude se rassemblent souvent dans des recoins de mon quartier, et hurlent la nécessité de trouver rapidement des solutions durables. Il s’agit parfois de peu de chose.

Très curieux des évolutions de l’écologie politique depuis ses débuts en Belgique, j’ai dû attendre mes 21 ans, âge de la majorité de l’époque, pour concrétiser cet intérêt sur un bulletin de vote. Dernièrement, de grands écarts inacceptables sur de grands thèmes divers, au nom de certains accords, m’ont convaincu que VERT et de GAUCHE étaient indissociables. Le tram liégeois, par exemple, est un combat emblématique qui pouvait redonner un coup de fouet à de grands quartiers liégeois, denses, et aujourd’hui presque abandonnés. Ce n’est pas le chemin qu’il prend…

J’utilise quotidiennement les transports en commun et le vélo pour mes déplacements urbains. Pourtant, je suis né avec « un moteur dans le ventre », et j’ai toujours adoré la technique liée aux moteurs. Malgré tout, je suis convaincu que la voiture, électrique ou non, ne constitue pas une solution viable aux déplacements urbains, congestionnée de ses autos individuelles omniprésentes. La ville mérite de se vivre. Pour cela, il faudra accepter que son cadre devienne plus agréable. Un milieu plus propice au retour d’un habitat de qualité, dans un environnement serein et sain.

Contacter Alain Vito

Facebook : Ma page Facebook

Envoyer un message

Les thèmes du programme portés par Alain Vito

#LISTE