« Verts & à gauche », pour faire bouger les lignes de la politique communale.

Communiqué, 5 septembre 2012

Réorganisation du réseau de bus : VEGA a des propositions pour faire mieux !

Le ministre wallon de la mobilité, Monsieur Philippe Henry, vient de rendre public un projet de réorganisation de plusieurs lignes de bus, dans la perspective de la construction d’une première ligne de tram à Liège. Ce projet semble remplacer, sans que cela soit explicite, un précédent projet (les lignes de « BHNS ») qui avait été avancé par M. Henry au début de son mandat.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que le projet aujourd’hui présenté est largement insuffisant à répondre aux questions et aux attentes des Liégeoises et des Liégeois, et en particulier des usagers du transport en commun :

  • Que vont devenir les lignes de bus partiellement remplacées par la première ligne de tram (les lignes 2, 3, 5, 6, 7, 24, 25, 27, 30, 58, 64, 65, 76, 90, 94, 377,...) ? Où trouveront-elles leur nouveau terminus ? Le ministre n’en dit rien. C’est pourtant la première préoccupation des usagers de ces lignes.
  • Comment la décision a-t-elle été prise ? Quelle analyse des besoins a été réalisée ? On l’ignore, mais, une fois encore, la rive droite de la Meuse est la grande oubliée. Et ce n’est pas la création d’une ligne rapide venant du Sart-Tilman vers le centre-ville en empruntant les quais Mativa, Mozart et Orban qui va y changer quoi que ce soit, quoi qu’en dise le ministre. Les quartiers de Bressoux, d’Amercoeur, du Longdoz, des Vennes, d’Angleur et de Chênée, notamment, ont besoin d’une amélioration nette de leur service de transport en commun, ce qui passe selon nous par trois priorités : a) la mise en oeuvre de la ligne de tram « transurbaine » desservant Outremeuse, Bressoux, le Longdoz, Chênée et Angleur, b) la création d’une ligne RER sur la ligne 40 (Guillemins-Maastricht), avec arrêts aux Vennes, à la Bonne Femme, à Cornillon, à Bressoux, à Jupille, à Wandre et à Cheratte-Bas et c) une ligne de trolley sur l’axe de la N3 vers Beyne, Fléron et Soumagne.
  • Où sont les lignes de rocade, permettant de passer d’un point de la périphérie à un autre ? Nulle part : toutes les lignes proposées par M. Henry passent par la place Saint-Lambert ou ses environs immédiats. La rupture avec la logique de monocentralité du réseau est pourtant une des grandes évolutions attendues de l’arrivée du tram.
  • Quid des bus de nuit ? La problématique peut sembler annexe : elle ne l’est pas. Le tram doit en effet avoir l’ambition d’amener certains urbains à renoncer à une voiture pour utiliser le transport en commun. Pour cela, il est indispensable d’offrir un service de qualité aussi en soirée (ainsi que les jours fériés). Celui-ci reste aujourd’hui insuffisant voire absent dans la plupart des quartiers.
  • Le principe de lignes traversantes (i.e. ne s’arrêtant plus au centre-ville) est une bonne chose. Mais pourquoi le limiter à deux lignes ? Pourquoi ne pas fusionner les lignes 24 et le 20 pour en faire une seule qui relie Cointe au Thiér ? Ou la ligne 21 avec la 18 pour relier Burenville à Droixhe ?

La Coopérative politique VEGA demande donc instamment au ministre :

  • De mettre rapidement en place de véritables outils de concertation et de consultation des citoyens autour des enjeux du transport en commun à Liège. Nous rappelons que le ministre et le groupe SRWT ont, jusqu’à présent, choisi de limiter la concertation autour du tram au minimum légal, en n’organisant, notamment qu’une seule réunion publique dans le cadre de l’étude d’incidences, alors que des réunions dans tous les quartiers auraient été hautement nécessaires. Nous demandons un dispositif permanent de consultation des usagers des transports en commun à l’échelle de l’agglomération. Nous demandons aussi un comité de concertation spécifique au projet du tram et aux projets liés (réorganisation du réseau de bus, RER, téléphérique,...), associant les représentants des travailleurs et les associations.
  • D’enfin proposer une vision d’ensemble et un phasage dans le temps pour le redéploiement du transport en commun dans l’agglomération liégeoise. Cette vision devra selon nous intégrer une réorganisation de l’ensemble des lignes de bus, des lignes de rocade, des lignes traversantes, des bus de nuit. Dans ce cadre, on s’étonnera que le Plan urbain de mobilité (PUM) — tant de fois annoncé — ne soit toujours pas publié...
  • De programmer la réalisation d’une seconde ligne de tram (« transurbaine ») et d’un bouclage en rive droite. Cet investissement est indispensable. Pour VEGA, il doit être réalisé dans les dix ans qui viennent. Nous demandons que le ministre prenne des engagements dans ce sens et anticipe dès à présent cette nouvelle étape, en l’intégrant dans ses plans pour le réseau. Les lignes de bus envisagées aujourd’hui doivent tenir compte de cette perspective.
  • De faire des réseaux RER autour de Liège et Charleroi une des ses principales priorités. Contrairement à ce que soutient le ministre, la Région wallonne dispose d’un réel pouvoir d’influence dans ce domaine, notamment via l’avis régional dans le cadre du plan d’investissement du groupe SNCB ou via le pré-financement régional des infrastructures. Pourtant, faute d’une volonté politique suffisante à Namur et à Liège, nous sommes en train de louper le coche du plan d’investissement 2013-2025 du groupe SNCB, alors même que les montants nécessaires (de l’ordre de 200 millions d’euros pour une première phase) sont très limités à l’échelle ce qui se discute (de l’ordre de 25 milliards d’euros). Autrement dit : sauf action rapide et concertée du gouvernement wallon et des autorités locales, le RER liégeois ne verra pas le jour avant 2030 au mieux. Par leur inaction dans ce domaine, les autorités liégeoises et wallonnes portent, aux yeux de VEGA, une très lourde responsabilité tant ce RER va se révéler indispensable aux habitants de la province dès que le prix des hydrocarbures va se remettre à flamber.

Enfin, nous notons que la tarification du futur réseau reste bien incertaine. Compte tenu du recours au « Partenariat Public Privé » (une privatisation partielle qui ne dit pas son nom), nous craignons que les tarifs des tickets et abonnements soient augmentés. Pour VEGA, l’arrivée du tram doit au contraire coïncider avec l’instauration de la quasi-gratuité sur le réseau. Nous avons formulé un plan concret permettant de financer la mise à disposition d’un abonnement TEC urbain à 1 EUR par mois pour tous les habitants de la Ville.

Les commentaires des internautes

7 messages

Programmer la réalisation d’une seconde ligne de tram... projet complètement (...)
posté le 2 octobre 2012

Programmer la réalisation d’une seconde ligne de tram... est certes une bonne idée - d’ailleurs pas la vôtre - mais laisser croire que c’est jouable dans un proche avenir est malhonnête.
Le financement du projet actuel a été obtenu à l’arraché au sein du gouvernement wallon. Toutes les villes se battent pour recevoir de tels investissements.
Idem pour le TEC à 1€. Vous bluffez !

Ces aspects budgétaires dépassent de très loin ceux d’une commune et même ceux d’une région.

Vega fait de généreux plans sur la comète sans tenir compte de la réalité économique et politique.
Si c’est ça votre "alternative", je sors !


Programmer la réalisation d’une seconde ligne de tram... projet complètement (...)
posté le 3 octobre 2012 par François Schreuer

Cher courageux anonyme,

Il suffit de franchir une frontière pour se rendre compte que ce que vous décrivez comme impossible ne l’est qu’ici.

L’abandon dans lequel la Wallonie laisse ses grandes villes n’est qu’un choix politique — que la France ou l’Allemagne, par exemple, ne partagent pas. Comment des villes de taille similaire à Liège se retrouvent-elles dotées, dans les pays voisins, de 4, 5, 6 ou même 7 lignes de tram ainsi que de réseaux RER ? Parce qu’on a mis en place les outils pour les financer, tout simplement (et qu’on éparpille sans doute moins les moyens qu’ici).

Le financement du transport en commun par l’automobile est techniquement réaliste. Nul bluff là-dedans (on avance des chiffres). Juste un choix qui nous semble s’imposer pour des multiples raisons (précarisation d’une part significative de la population, pollution de l’air, engorgement routier, etc etc).

Plus généralement, l’austérité est un aussi choix (économiquement stupide), pas une fatalité.

Personne ne prétend ici que tout cela se joue au niveau communal, mais il faut bien commencer quelque part. Et le rôle d’une organisation comme VEGA est aussi de rendre vie à une parole de gauche, de montrer que l’impasse dans laquelle nous sommes engagés (au plan écologique ou budgétaire, notamment) peut être contournée.

Belle fin de soirée,


Programmer la réalisation d’une seconde ligne de tram... projet complètement (...)
posté le 6 octobre 2012 par Titi

Bonjour,
Le ticket à 1€ n’est pas une utopie !!!!!!Il y à des solutions pour trouver le budget dans les dépenses des TEC...


Pourquoi des taxis vache à lait alors qu’ils sont ailleurs de vrais (...)
posté le 15 septembre 2012

Dans de nombreux pays, les taxis sont considérés et utilisés comme de véritables transports en commun. Ce n’est pas le cas chez nous. Alors que, honnêtement, quelle différence entre Cambio, voiture partagée, et un taxi ? Le chauffeur .. C’est tout. Pourquoi ne pas promouvoir une nouvelle manière de concevoir le secteur des taxis, comme complémentaire des TEC et de la SNCB ? Remplacement utile des bus de fin de soirée .. Accessibles à bas prix à tous les liégeois disposant de leur abonnement à 1 euros .. Ce serait une bonne manière de repenser la mobilité d’une ville aussi vallonnée que Liège, .. en attendant le tram. :)


Réorganisation du réseau de bus : VEGA a des propositions pour faire mieux (...)
posté le 7 septembre 2012 par Olivier Bierin

Le devenir des lignes totalement ou partiellement supprimées par l’axe de tram : Ces kms sont « recyclés » dans la réforme globale du réseau (75 lignes) de manière à éviter tout double emploi. Et, pour rappel, la décision sur la refonte globale relève du CA du TEC. Le Ministre propose ici non un pan global de réforme du réseau (ce n’est pas sa compétence) mais une orientation globale de réorganisation du réseau, qui concerne tout de même 40% des trajets réalisés aujourd’hui. Et il s’appuie pour ce faire sur une étude (enquête et comptage réalisés fin 2011) du consortium Liège Tram

C’est cette étude qui préconise le choix des axes à haute fréquence sur les 5 axes structurants identifiés (tram et bus), car c’est là qu’est l’essentiel de la demande. N’en déplaise à Vega, les lignes de rocade ou la « Transurbaine » n’ont pas été identifiées par l’étude comme prioritaires.

Vega a beaucoup de peine à reconnaître que l’accessibilité de la rive droite est grandement améliorée grâce à ces lignes structurantes : « Les quartiers de Bressoux, d’Amercoeur, du Longdoz » sont desservis ou à proximité immédiate des axes structurants (encore un peu plus avec la création de la ligne 148). Les autres quartiers cités (et tous les quartiers aujourd’hui desservis) resteront évidemment desservis dans le cadre de la réorganisation complète du réseau, encore à l’étude.

Comme d’habitude, vous rasez gratis : des lignes de rocade (dont l’utilité autre que sur papier reste à prouver), les bus de nuit, l’axe 2 du tram et, pour faire bonne mesure, un trolleybus vers Fléron… tout cela financé comment ?? Ah oui ! grâce à l’abonnement « tout pour un euro » (pour les seuls habitant de la Ville de Liège… en terme d’égalité de traitement des usagers, et comme « nimby » ou sous-localisme, difficile de faire pire…) summum de démagogie financière : cet abonnement ne couvre même pas ses coûts de confection ! Par ailleurs, vu l’effet d’aubaine, on peut estimer que près de 100% des Liégeois souscriraient à cet abonnement et que ce n’est donc pas 12 millions mais près de 40 millions d’euros que la Ville devrait compenser !

Il faut rappeler que la contraction forte des budgets publics a amené le Gouvernement a demander que la refonte du réseau urbain des TEC Liège autour du tram soit étudiée à crédits d’exploitation constants. Il est facile pour la coopérative Yaka d’occulter complètement cette donnée. Beaucoup moins pour un ministre responsable !

Quant au dossier du REL, le Ministre Henry a bien dû se substituer au Fédéral défaillant : l’étude de potentiel et de faisabilité des réseaux ferroviaire liégeois et carolos sera attribuée dans les prochaines semaines. Ce sera alors au pouvoir fédéral de voir comment, selon les scénarios dégagés, prendre ses responsabilités. Le REL a d’ailleurs été intégré aux 34 projets prioritaires du « Plan de Desserte » adopté par le GW sur proposition de Philippe Henry.

Enfin, la tarification future du tram n’a rien d’incertain. Vega fait mine d’ignorer les réponses qui lui ont été faites à maintes reprises : le tarif du tram sera le même que celui en vigueur sur le réseau urbain. Si votre trajet demande de prendre, dans la zone urbaine, un bus puis le tram, vous le ferez tout comme aujourd’hui pour un trajet en correspondance avec un seul ticket. Vega sait pertinemment que sans PPP (qui ne porte que sur la construction et la fourniture des trams, qui seront exploités tout comme les bus par le TEC) il n’y a aura pas de tram. Mais l’insinuation est l’arme des faibles.


Réorganisation du réseau de bus : VEGA a des propositions pour faire mieux (...)
posté le 1er octobre 2012

Cher Olivier Bierin,
Avant toute chose, je ne fais absolument pas partie de Vega.
Flippez-vous à ce point de voir naître un réel mouvement d’écologiste de gauche à Liège ? J’ai toujours voté pour Ecolo. Cette fois, ce sera Vega.
Bien à vous.


Réorganisation du réseau de bus : VEGA a des propositions pour faire mieux (...)
posté le 3 octobre 2012 par Alain

Ah, ce ton sur de lui d’Olivier ! :-) Je l’ai connu, dans d’autres endroits. Ce ton la même qui clos tout débat, et martèle comme une répète des consignes données à Namur, "ce tracé est le bon, cette méthode est la bonne".

Pas de débat possible. Pas d’alternative possible. Il n’est même pas pensable d’imaginer que le financement pourrait découler de choix d’investissement différents. Sous une couverture de "défendre tout le monde" (comprenez, défendre l’électeur qui choisit d’habiter au milieu de rien dans une 4 façade éco, avec la voiture verte devant), il est hors de question de remettre en question la rurbanisation, ou de tenter de remettre en avant les dangers d’une certaine politique à laquelle Ecolo participe désormais. Mais pas les écologistes. (je suis persuadé que ce n’est désormais plus pareil). Et encore moins ceux de gauche.

Ce ton qui fait fuir des écologistes d’un parti qui en porte le nom partiel. C’est simplement dommage. Vous avez tourné le dos à vos idées de pré 2009. Et vous ne parvenez pas à l’avouer simplement en expliquant les raisons. L’obstination vous rapproche du centre mou, juste un peu +vert...

Dommage.

En revanche, si tu veux participer à ce lieu et construire, ce serait super. Par exemple, tenter de trouver des solutions pour qu’on aille pas droit dans le mur, sous prétexte de petits pas ou de real-politic...

Alain Vito. Désormais participant à l’aventure VEGA. 27 sur la liste.


Réagir, commenter, compléter, critiquer,...

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

#AGENDA

Il n'y a pas d'événement programmé pour le moment.

#ACTUALITE


#ABONNEMENT

Lettre d'info


#RECHERCHE

Chercher dans le site