« Verts & à gauche », pour faire bouger les lignes de la politique communale.

Communiqué, 27 août 2012

Combattre la pauvreté, pas les pauvres

Communiqué de presse du 27 aout 2012

Nous constatons avec regret que la Ville de Liège se montre particulièrement tenace dans sa lutte contre les nuisances attribuées aux personnes en situation de (grande) pauvreté.

Après avoir criminalisé la mendicité au nom du trouble public, après avoir modifié ou enlevé du mobilier urbain pour contrarier son utilisation par les personnes qui vivent dans la rue, voilà qu’elle veut interdire le travail de structures associatives qui se sont donné pour mission de soulager le quotidien des plus démunis de nos concitoyens, notamment en leur distribuant de la soupe en rue.

Selon Michel Firket, qui, en tant que bourgmestre faisant fonction, vient de prendre une décision d’interdiction de telles distributions, leur image « nuit à la dignité humaine ». Voilà un humanisme de façade qui n’est pas le nôtre. Ce qui nuit à la dignité est que nos autorités ne fassent pas davantage pour aider les personnes qui vivent dans la pauvreté. Cette mission de distribution, les services sociaux d’une grande ville digne de ce nom devraient normalement la prendre en charge. Or, à ce jour, les structures d’accueil communales sont insuffisantes et mal adaptées aux besoins des personnes vivant dans la rue.

La Coopérative politique VEGA s’oppose à cette interdiction. Elle rappelle que c’est la pauvreté — et plus largement la précarité — qu’il faut combattre et non les précarisés.

Le cri d’indignation des associations d’aide aux personnes en situation de pauvreté et des associations qui défendent les droits humains doit être entendu. Il est inadmissible qu’un pouvoir communal à majorité socialiste délaisse totalement, pour des raisons de marketing urbain, sa population la plus fragilisée.

Les commentaires des internautes

3 messages

Combattre la pauvreté, pas les pauvres
posté le 29 août 2012 par lidgeu

Votre communiqué sent le racolage. Vous n’êtes pas les seuls ; dans les media, La Meuse, la Dh et cie travaillent de la même manière : pour se vendre et susciter l’émotion populaire, ils font dans l’approximation calculée et l’information racoleuse, tronquée et non circonstanciée. C’est triste : jadis, il y avait une vraie presse d’opinion, qui s’opposait intelligemment et avec dignité aux pouvoirs en place. Vous en êtes bien éloignés. Les élections approchent, ok mais on attend surtout des propositions et moins de sauter sur le moindre "faux pas" de l’adversaire pour se mettre en valeur, ça c’est pour le moins "ringard" et au pire, l’attitude classique d’extrémistes dont je ne crois pas que vous fassiez partie. Récolter des voix chez des jeunes crédules et immatures politiquement, ça oui, vous y arriverez et déforcer le PS... donc, sans doute, mission accomplie pour vous, bravo d’avance.


Combattre la pauvreté, pas les pauvres
posté le 28 août 2012 par lidgeu

On ne lutte pas contre la pauvreté avec des actions prises à la sauvette. Demeyer, dont je ne suis pas spécialement un fan, a publié un communiqué, au nom du collège de la ville de Liège qui devrait remettre les esprits en place, du moins c’est à espérer, visible sur sa page facebook, ce mardi 28/8 http://www.facebook.com/willy.demeyer . Si c’est ça la gauche de la gauche, très peu pour moi, continuez à bien délirer et bonne chance...


Combattre la pauvreté, pas les pauvres
posté le 28 août 2012 par Pierre Eyben

Rien ne vous autorise à dire que nous prônerions des actions "à la sauvette". Il ne s’agit pas de nier que la ville fait des choses mais, dans une enveloppe limitée, de peser un peu le poids qu’elle accorde à telle ou telle politique. Bref de juger de ses priorités. En la matière il faut constater que dans le budget 2012 de la ville, l’augmentation programmée du budget CPAS (par rapport à 2011) est de 1,5 % à peine. Ceci correspond en fait à une baisse de la part relative du budget communal consacré au CPAS. Dans le même temps, à titre de comparaison, le budget de la police (qui est déjà plus de 2x celui du CPAS) augmente de plus de 5 %. C’est pourquoi nous estimons que la ville peut faire plus et mieux pour nos concitoyens les plus précarisés, et qu’en outre supprimer des bancs, interdire la mendicité ou des distributions de soupe, ce n’est en rien lutter contre la pauvreté et pour la dignité des personnes pauvres mais juste rendre plus difficile encore leur existence.


Réagir, commenter, compléter, critiquer,...

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

#AGENDA

Il n'y a pas d'événement programmé pour le moment.

#ACTUALITE


#ABONNEMENT

Lettre d'info


#RECHERCHE

Chercher dans le site