Mieux gérer l’égouttage

Si le réseau d’égouttage de la Ville de Liège est très complet, il est aussi vétuste et non étanche en raison du manque d’investissements de modernisation, particulièrement dans les centres urbains les plus anciens où subsistent de très vielles canalisations. Certains égouts sont aussi d’une capacité insuffisante, créant un risque d’inondation en cas de gros orages (bas de la Place Saint-Lambert…). Beaucoup de raccordements particuliers des habitations à l’égout sont quant à eux défectueux. La conséquence de cette situation est le rejet sans traitement d’une partie des eaux usées domestiques directement dans la nature.

Malgré les efforts financiers conséquents réalisés par la Wallonie depuis la création de la SPGE en 2000 (Société Publique de Gestion de l’Eau), tant au niveau des travaux d’égouttage communal subsidiés à hauteur de 60 ou 80% selon les cas que des collecteurs et des stations d’épuration qu’elle finance entièrement, notre région est en retard par rapport aux obligations européennes en matière d’assainissement des agglomérations d’au moins 2.000 équivalents-habitants et du « bon état » des masses d’eau de surface et souterraines. C’est au niveau de la partie amont de la filière d’assainissement, et donc de l’égouttage, que les investissements communaux demeurent insuffisants.

  • VEGA propose de poursuivre l’important travail de cadastre de l’égouttage réalisé par l’AIDE (organisme en charge de l’assainissement collectif en province de Liège) et d’étudier la possibilité technique et financière de l’étendre aux raccordements particuliers.
  • Sur base des résultats intermédiaires de ce travail de plusieurs années, VEGA propose que la Ville de Liège établisse un programme décennal de rénovation de son réseau d’égouttage. Dans un but de bonne gestion mais aussi pour réduire les nuisances occasionnées par les travaux, ce plan tiendra évidemment compte de l’était des voiries et des équipements enfouis dans le sol (câbles, canalisations de distribution d’eau, fibre optique…). Le plan sera présenté au pouvoir subsidiant dans le cadre et selon les formes prévues en vue de sa concrétisation progressive.
  • VEGA propose de mieux informer et de responsabiliser la population afin que des produits toxiques et dangereux ne soient pas jetés dans les toilettes mais éliminés de manière sécurisée, via les recyparcs notamment.
  • VEGA souhaite une meilleure application du décret « impétrants » qui vise à coordonner les travaux en voirie de manière à limiter les interventions et réduire les inconvénients pour les usagers et les riverains.

Réagir, commenter, compléter, critiquer,...

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.