Entretenir les chemins et sentiers

Les chemins et sentiers* communaux forment un réseau de milliers de kilomètres offerts aux piétons et, pour certains, aux cyclistes et aux cavaliers. Cela représente moins de 15% des tracés repris dans les atlas communaux établis entre 1843 et 1845. Le développement du transport routier, l’urbanisation et le remembrement des terrains agricoles ont en effet conduit progressivement à la disparition de beaucoup d’entre eux.

La nécessité de conserver ces cheminements pédestres est aujourd’hui largement reconnue, en vue notamment de proposer une alternative crédible au tout à la voiture en offrant des voies de communication sûres et efficaces pour les petits déplacements de moins de 5 km.

Les chemins constituent aussi un support important aux activités de détente et sportives de plein air, au tourisme doux et à la valorisation de nos territoires ruraux. Enfin, ils renforcent le réseau écologique local et participent à la structuration des paysages. En ce sens, il est important de conserver le caractère « naturel » de nos chemins de campagne et notamment leur profil (chemin creux…) et les milieux naturels associés (talus herbeux, fossés, haies, lisières et cordons d’arbres…).

Même les petites voiries publiques qui ne sont plus empruntables en raison de leur abandon ou de leur accès barré existent toujours légalement et sont protégées par le décret relatif à la voirie communale du 6 février 2014, dont le but repris en son article 1er est de préserver l’intégrité, la viabilité et l’accessibilité des voiries communales, ainsi que d’améliorer leur maillage.

Malgré leur utilité retrouvée et leur statut, les chemins et sentiers continuent d’être malmenés, parfois par les communes elles-mêmes, souvent sous prétexte de leur « assainissement » : remblayage des chemins creux, asphaltage, rechargement avec des matériaux inertes, élargissement pour permettre le passage des véhicules… Le passage de motos et de quads, interdit mais fréquent, est lui aussi très problématique.

VEGA souhaite que les autorités locales de chaque entité travaillent au rétablissement du droit de passage en tous ces endroits où ont eu lieu des appropriations abusives et où ont été érigés des obstacles à la libre circulation.

VEGA souhaite que toutes ces communes s’engagent à respecter et valoriser leurs chemins et sentiers et plus particulièrement :

  • qu’elles adhèrent concrètement à l’objectif régional de constituer un réseau de voiries communales cohérent et de renforcer le maillage des chemins et sentiers pour rencontrer les besoins de mobilité douce actuels et futurs ;
  • qu’elles réhabilitent les voiries communales abandonnées ou accaparées indument par les riverains et les rouvrent au public ;
  • qu’elles préservent l’intégrité des chemins existant et les gèrent et les entretiennent de façon à conserver leur naturalité et leur intérêt pour la biodiversité.

Vivre avec la nature plutôt que de s’opposer à elle est un impératif.

* contrairement aux chemins, les sentiers communaux sont établis sur une propriété privée mais grevés du statut de servitude publique de passage, leur accès est garanti.

Réagir, commenter, compléter, critiquer,...

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.