Proposer une nourriture de meilleure qualité dans les cantines

Une alimentation saine et équilibrée est recommandée, en particulier pour les enfants qui doivent y être sensibilisés dès le plus jeune âge. A cet égard, les cantines scolaires constituent un endroit privilégié.

Les excès de l’agriculture intensive (traitements pesticides systématiques, épuisement des sols, destruction de la biodiversité, banalisation des paysages…) et les dérives de l’industrie alimentaire (scandales sanitaires, résidus chimiques, excès de sucres, emploi des matières premières les moins onéreuses sans tenir compte de leur bilan écologique, coûts des transports externalisés, uniformisation des goûts…) restent dommageables tant pour la santé humaine que pour l’environnement. Quant aux conditions de travail dans ces secteurs, ici et ailleurs, elles sont généralement peu enviables. De nombreuses initiatives en périphérie liégeoise dans les domaines du maraîchage bio, de la redécouverte d’anciennes variétés, de la transformation des produits… offrent de nouvelles opportunités pour développer les circuits courts et offrir à la population scolaire liégeoise des repas de qualité et équilibrés. Les enfants des crèches, les résidents de maisons de repos, les patients et le personnel des hôpitaux… sont autant d’autres publics concernés.

Encouragée par de multiples interventions de VEGA, la Ville de Liège a consacré depuis 2017 un budget en faveur du bio et des circuits courts dans les cantines scolaires.

Ces efforts demeurent très insuffisants, d’autant plus qu’ils ne bénéficieront qu’à un nombre réduit d’écoles et donc d’élèves. L’intercommunale ISoSL, chargée notamment de la préparation de milliers de repas distribués dans divers établissements communaux, constitue un important bras de levier à mobiliser en faveur d’une telle transition.

La limitation du nombre d’intermédiaires, la préparation de rations équilibrées, la diminution de la quantité de protéines carnées et la lutte contre le gaspillage alimentaire combinés à un mécanisme de solidarité conduisant à adapter le prix en fonction des revenus permettent de proposer des repas à un prix abordable pour tous et d’inscrire le projet dans la durée.

VEGA fait du passage de nos cantines scolaires vers le bio et les circuits courts une priorité. VEGA entend encourager activement cette transition dans d’autres secteurs.

VEGA propose :

  • de systématiser progressivement des repas « sans pesticides » dans les cantines scolaires et les crèches ;
  • d’y privilégier les produits locaux et biologiques ;
  • de veiller au respect et à la bonne mise en œuvre de la décision du Conseil communal de Liège du 28 mai 2018 d’inclure une clause dans les marchés publics excluant les perturbateurs endocriniens de la nourriture des enfants des crèches et écoles publiques de la Ville ;
  • de maintenir un prix démocratique et abordable pour tous ;
  • de mettre en place, à cette fin, un mécanisme de solidarité consistant à adapter le prix en fonction des revenus ;
  • d’encourager les institutions communales et intercommunales à s’engager dans la voie de repas produits à partir de produits « sans pesticides » et locaux ;
  • de rendre les marchés publics plus accessibles aux acteurs locaux ;
  • de préciser les engagements exacts de l’intercommunale ISoSL vis-à-vis de la Ville ;
  • de travailler à la mise à disposition de terres agricoles communales en faveur de projets de maraîchage ;
  • de supprimer les distributeurs de sodas dans les écoles et à les remplacer par des distributeurs de produits bons pour la santé ;
  • de systématiser les fontaines à eau dans les écoles.

Réagir, commenter, compléter, critiquer,...

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.