Perturbateurs endocriniens : un texte est voté !

À l’initiative de la Coopérative politique VEGA, relayant le travail réalisé par le festival « Nourrir Liège 2018 », avec le soutien de plusieurs autres groupes politiques, le Conseil communal de Liège a adopté ce lundi 28 mai, une délibération visant à bannir les perturbateurs endocriniens de l’alimentation servie dans les services communaux fréquentés par des enfants.

Ce texte est encore imparfait et insuffisant sur différents aspects : nous aurions voulu aller plus vite, sans attendre le renouvellement des marchés, nous aurions voulu qu’il concerne toutes les sources de perturbateurs endocriniens, nous aurions voulu qu’il s’applique à tous les services communaux et non uniquement aux crèches et aux écoles. Il n’empêche : par rapport à la situation existante, il constitue une avancée très significative.

Pour bannir les perturbateurs endocriniens de l’alimentation

Délibération présentée par François Schreuer, conseiller communal, et adoptée par le Conseil communal de Liège le 28 mai 2018

Avec la co-signature de Caroline Saal, Laurence Cuipers et Jean-Paul Bonjean, conseillers communaux

Considérant que les perturbateurs endocriniens contenus dans les produits phytosanitaires utilisés par l’agriculture dite « conventionnelle » mais aussi dans divers emballages, ustensiles de cuisine, détergents, retardateurs de flamme et autres ont de très lourds impacts sanitaires, en favorisant des troubles neurologiques, des malformations génitales, des troubles hormonaux, l’obésité, le diabète, certains cancers et d’autres maladies chroniques.

Considérant que ce danger a été manifestement sous-estimé jusqu’à présent par les autorités publiques.

Considérant que le coût sanitaire mais aussi social et économique desdits produits phytosanitaires excède largement le bénéfice qu’ils apportent.

Considérant qu’il serait possible de nourrir l’humanité sans recourir à des agents chimiques toxiques dans l’agriculture.

Considérant qu’il est de la responsabilité de la Ville de veiller, dans la mesure de ses compétences, à la santé de ses habitants et en particulier des enfants qui lui sont confiés dans un cadre scolaire ou pré-scolaire.

Considérant que les enfants sont un public particulièrement à risques et que la lutte contre les perturbateurs endocriniens dans les endroits qu’ils fréquentent doit être une priorité politique.

Considérant que servir une nourriture saine aux enfants est une priorité absolue.

Considérant que la Ville de Liège est la première autorité locale belge à avoir signé le Pacte de Milan pour des territoires agricoles durables.

Considérant que le modèle de l’agriculture productiviste tel qu’il se déploie majoritairement aujourd’hui est responsable de 20 à 40 % des émissions de gaz à effets de serre.

Considérant que, sous l’effet de ce modèle agricole, nos paysages continuent de s’appauvrir, nos terres de s’éroder, nos nappes phréatiques de se polluer.

Considérant que l’écosystème terrestre est actuellement confronté à une extinction de masse des espèces.

Considérant que plus de 100 000 emplois ont été perdus dans l’agriculture depuis 1980 et que ce mouvement se poursuit à mesure que l’agriculture paysanne est remplacée par l’agroindustrie.

Considérant que la Ville de Liège a déjà inclus dans la convention relative à la fourniture des repas aux écoles et milieux d’accueil des dispositions favorisant l’agriculture biologique et à circuit court, enclenchant ainsi une dynamique vers un modèle plus respectueux de la santé des humains, des écosystèmes, des travailleurs de la terre et qui devra promouvoir des modalités de conservation et de cuisson des aliments non génératrices de perturbateurs endocriniens.

Considérant que ces décisions ne peuvent conduire à une augmentation du prix des repas, augmentation qui conduirait à ce que les enfants n’aient plus accès à un des repas sains et diététiquement équilibrés.

Considérant que les milieux d’accueil de la Ville de Liège réclament aux parents, conformément aux dispositions réglementaires de l’ONE, une participation forfaitaire indépendante du prix des repas.

Considérant que de nombreuses initiatives agricoles porteuses d’avenir sont en train de prendre leur essor et de se fédérer en Province de Liège et en Wallonie.

Considérant qu’une septantaine de maraîchers ont lancé leur activité ces dix dernières années en région liégeoise.

Considérant que des milliers de Liégeois ont investi une partie de leur épargne — près de 5 millions d’euros à ce jour —, dans la quinzaine de coopératives alimentaires qui se sont lancées dans notre région depuis le début de cette décennie.

Considérant qu’une monnaie citoyenne portée par des citoyens bénévoles désireux de soutenir une économie locale porteuse de sens, a été créée en 2014 et circule désormais aux quatre coins de la Province.

Considérant que ces initiatives sont porteuses d’avenir et ont besoin du soutien des pouvoirs publics, ce que fait déjà la Ville de Liège au travers notamment du projet « creafarm » et du soutien à la monnaie locale « Valeureux ».

Vu la résolution adoptée ce 23 mai par le Parlement wallon visant à prévenir les impacts des perturbateurs endocriniens sur la santé humaine et l’environnement.

Vu la décision du Parlement européen d’interdire les pesticides néonicotinoïdes.

Le Conseil :

a) Demande au Collège d’inclure dans les contrats à venir des dispositions visant à supprimer la présence de perturbateurs endocriniens dans l’alimentation servie dans les services communaux fréquentés par des enfants ;

b) Demande au Collège de veiller à ce que tous les marchés publics à venir portant sur l’achat de denrées alimentaires intègrent désormais des clauses visant à limiter la distance parcourue par les aliments achetés ;

c) Demande au Collège de faire réaliser, à partir du prochain exercice budgétaire, un état des lieux global de la présence de perturbateurs endocriniens dans les services de la Ville ;

d) Mandate ses représentants dans les intercommunales hospitalières pour répercuter ces trois demandes dans les instances de celles-ci.

Réagir, commenter, compléter, critiquer,...

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.