« Verts & à gauche », pour faire bouger les lignes de la politique communale.

Simon Hupkens

Bressoux, 11e sur la liste

J’ai 33 ans, bientôt père d’une petite fille et suis de retour dans mon quartier d’enfance, Bressoux-haut, depuis 3 ans.

Je suis actuellement travailleur social dans le quartier de Droixhe engagé par l’asbl La Bobine, une association qui travaille dans le secteur de l’intégration des familles d’origine étrangère.
Auparavant, j’ai travaillé 6 ans comme barman aux Grignoux où j’ai été un élément moteur de l’installation d’une délégation syndicale.

Mon parcours militant m’a amené à m’investir très tôt, d’abord au parti communiste dans la foulée du mouvement étudiant de 95. J’avais 16 ans.

Par la suite, j’ai rejoins les rangs du Parti Socialiste de Lutte dont je suis membre depuis 10 ans. Dans le cadre du travail politique du PSL j’ai eu l’occasion de participer à plusieurs campagnes : antiracistes, antisexistes, pour la défense des droits et des acquis sociaux des travailleurs... À l’université, j’ai participé à une mobilisation contre l’augmentation du minerval, campagne que la branche étudiante du PSL, EGA a menée de concert avec d’autres militants étudiants dont je retrouve certains avec plaisir sur la liste VEGA.

En 2004, avec mes camarades du PSL nous avons contribué à organiser des locataires des logements sociaux de Droixhe qui cherchaient à être entendus par la direction afin d’obtenir une prime au réaménagement de leurs appartements. Cette campagne a renforcé l’intérêt que je porte à la question du logement social tant du point de vue de la quantité disponible que de la qualité : un logement digne à prix abordable pour tous, c’est possible. À Liège comme ailleurs, il s’agit avant tout d’une question de volonté politique.

En tant que socialiste-révolutionnaire et partisan de l’auto-organisation de la population, je suis particulièrement sensible à la façon dont le programme de VEGA a été construit par la mise en commun des expériences et des savoirs de gens ordinaires, non-professionnels de la politique.

Je pense qu’il faudra procéder d’une façon similaire pour construire dans la rue le rapport de force nécessaire pour résister aux mesures d’austérité que les partis traditionnels ne manqueront pas d’appliquer après les élections.

Construire l’instrument politique permettant d’organiser ceux qui sont prêts à lutter pour une société plus juste, libre et solidaire sera la tâche principale de la gauche dans les mois à venir. Je souhaite que VEGA puisse y contribuer aux côtés des autres forces du mouvement social tant politiques que syndicales et associatives.

Contacter Simon Hupkens

Facebook : Ma page Facebook

Envoyer un message

#LISTE